LES QUALITÉS ÉLÉMENTALES EN ASTROLOGIE, par Ian THURNWALD

Les éléments, tels qu’ils sont utilisés en Astrologie, proviennent de la Grèce Classique et ont la même signification qu’ils avaient dans la cosmologie et la science grecques. Pour les Grecs, tout, depuis les manifestations naturelles jusqu’aux tempéraments des humains, pouvait être classé suivant sa nature, dans l’Air, le Feu, la Terre ou l’Eau. Dans un premier temps, je m'efforcerai de démontrer que cette méthode originale de classification des signes aide à mieux comprendre la nature basique des signes du zodiaque Tropical. Ensuite, nous explorerons l’implication de ce système basé sur les saisons pour les personnes nées dans l’hémisphère sud : avec l’inversion des saisons, l’expression des signes se trouve modifiée.

   
Traduit de l'anglais par Josette Bonnard
   
Je fais ici référence aux idées de J. Lee Lehman dans le chapitre 3 de "Classical Astrology for Modern Living" (Astrologie Classique appliquée à la Vie Moderne), 1996, Withford Press, Atglen, PA.

Les principaux points de l’argumentation de Lehman sont les suivants :
  • Les éléments tels qu’ils sont utilisés en Astrologie proviennent de la Grèce Classique et ont la même signification qu’ils avaient dans la cosmologie et la science grecques. Pour les Grecs, tout, depuis les manifestations naturelles jusqu’aux tempéraments des humains, pouvait être classé suivant sa nature, dans l’Air, le Feu, la Terre ou l’Eau.
  • Les Grecs, toutefois, ont toujours utilisé deux groupes en opposition, les qualités élémentales, chaud et sec, froid et humide, pour décrire les composants élémentaux de tout ce qu’ils classifiaient. Un exemple de ce raisonnement serait : la vapeur est d’abord active (chaude) et informe (humide), ainsi elle est de la nature de l’Air.
  • La version la plus complète de ce système fut mise en avant par Aristote, vers 350 avant J.‑C. Aristote était d’avis que les éléments combinaient leurs qualités de telle façon qu’un élément pouvaient se transformer en un autre au travers d’un processus cyclique. Le modèle de ce processus de transformation était le cycle des saisons.
  • Ces idées furent pleinement développées avant que l’Astrologie ne pénètre dans le monde Grec. Ceci est une des raisons qui fît que l’astrologie fut si facilement adoptée par les intellectuels Grecs de cette époque.

Les éléments en tant que modes de comportement

Les Grecs ne faisaient pas de séparation entre la nature et l’expérience humaine. Comme le font toujours les peuples indigènes contemporains, ils voyaient les humains et la nature comme faisant partie du même continuum. Ainsi, les théories grecques du monde de la nature avaient entrepris d’expliquer la réalité observable sur le plan du comportement des processus naturels en prenant modèle sur le comportement humain. De ce fait, les "éléments" Air, Feu, Terre et Eau ne furent jamais pensés en tant que bases de matière constructive physique ou chimique, mais comme les caractéristiques d’un mode de comportement, d’activité, ou de transformation (Robert Hand, "Horoscope symbols", 1981, Withford Press, West Chester, PA)

Les premières idées grecques émises sur le monde de la nature apparurent vers 550 av. J.‑C. Nous n’essayerons pas de les expliquer ici, nous noterons seulement que la notion centrale d’"éléments" et de "qualités" date de cette époque. À ce stade précoce, les quatre éléments, Air, Feu, Terre, Eau, étaient considérés immuables, et tout était considéré exister à la suite d’une bataille entre deux groupes de qualités opposées, le chaud et le sec contre le froid et l'humide.  

Le modèle d’Aristote sur l’être et le devenir

Deux cents ans plus tard (autour de 350 avant J.‑C.), le modèle du monde de la nature d’Aristote s’était bien répandu. Dans ce modèle, chaque élément est une combinaison de deux des quatre oppositions ; tout ce qui existe est un composé temporaire des quatre éléments en différentes proportions et c’est la tension entre les oppositions qui constitue la force tenant le tout ensemble.

À cette époque, les éléments ne sont pas immuables mais se révèlent fluides, un élément peut en devenir un autre, par un échange d’une de ses qualités. Le processus de transformation n’est pas un fait du hasard, ou d'une progression, il est cyclique. Le processus est cyclique parce qu’une qualité active (chaud ou froid) est toujours liée à une qualité passive (humide ou sec). Aristote appelait cela le processus de l’être et du devenir (Lehman, 1996, page 32).


C’est une évidence que le processus de l’être et du devenir est aisément adaptable dans les processus de la nature, comme le cycle jour/nuit et le cycle des saisons dans les climats tempérés.


Toutes ces idées étaient bien ancrées dans la pensée grecque avant que l’Astrologie ne pénètre le monde grec. En d’autres termes, l’Astrologie s’intégrait très bien dans la conception cosmogonique et philosophique d’une société agraire qui voyait le changement comme un processus similaire au cycle des saisons.
  
Les qualités élémentales

Dans ce schéma, le chaud et le froid décrivent les différents stades de l’énergie et de l’activité, ils sont donc les qualités "actives". Ainsi, une entité chaude est en mouvement, alors qu’une froide est statique. Ce qui est chaud est donc chaleureux, lumineux, donneur d’énergie, rapide à se mouvoir et mutable. Ce qui est froid, à l’inverse, est réservé, ténébreux, conservateur d’énergie, son mouvement est calculé et la tendance est à ne pas varier.

Humide et sec sont des termes chargés de la connotation de "doux" et "dur". Ils décrivent les différents états de la matière mise en œuvre, ce sont donc des qualités "passives". Ainsi, ce qui est humide peut être doux, malléable, moite ou informe, pendant que ce qui est sec peut être dur, cassant, desséché ou solide.

Ce système est utilisé pour apprécier la nature des choses d’un même groupe et aussi comme moyen de faire des distinctions entre les choses. Comme exemple du premier cas, la nourriture peut être décrite comme cuite (chaude), crue (froide), moelleuse (humide) ou dure (sèche). Comme exemple du deuxième cas, les relations dans l’espace, où ce qui est en haut est dit chaud et lumineux, et ce qui est en bas est froid et ténébreux.


Il est aussi bon de noter que les Grecs avaient développé une proto-psychologie basée sur ce système où les qualités élémentales s’appliquaient aux quatre humeurs, ou personnalités-types : le Sanguin (humide et chaud), le Colérique (chaud et sec), le Mélancolique (sec et froid) et le flegmatique (froid et humide).

Suivant ce schéma, tout peut donc être décrit par la combinaison de sa qualité active et de sa qualité passive.    

Les implications en astrologie

L’application du système des qualités élémentales à l’astrologie a deux conséquences majeures. Premièrement, il nous fournit une compréhension symbolique en profondeur des éléments, ce qui nous aide à mieux saisir la nature des signes. Deuxièmement, en incluant les qualités élémentales des saisons en tant qu’important composant de la signification des signes, le système explique pourquoi on a des différences d’expression entre les signes de même élément.

Du premier point, nous voyons que l’utilisation des qualités élémentales en Astrologie nous montre que chaque élément est un mélange de deux qualités, par exemple, l'élément Feu est une composante de chaud/sec. Et on a une vision plus profonde de la nature inhérente des triplicités, par exemple, tous les signes de Feu sont chauds et secs.

Explorons brièvement quelques implications de tout ceci : 
  • Les signes de nature chaude, les signes de Feu et d’Air, émettent de l’énergie et agissent avec rapidité ; ils se polarisent sur leur entourage, ils ont un tempérament nerveux et un comportement enthousiaste. 
  • Les signes de nature froide, les signes de Terre et d’Eau, attirent l’énergie et sont lents à agir ; ils se polarisent sur leurs propres pensées et sentiments, ils se contrôlent et ont un comportement dépourvu de passion. 
  • Les signes de nature sèche, les signes de Feu et de Terre, sont sous tension, ils sont nerveux, et leur rapport à eux-mêmes se fait en se différenciant des autres ; leur pensée est analytique ou concrète, faisant des distinctions, brisant des liens et opérant une séparation des choses jusqu’à un type unitaire.
  • Les signes de nature humide, signes d’Air et d’Eau, sont flexibles et détendus, leur rapport à eux-mêmes se fait en communiquant avec les autres ; leur pensée est créative et abstraite, assouplissant les limites, créant des liens, et réunissant les choses comme un tout unique.


Quant au deuxième point, l’usage des qualités élémentales en Astrologie nous montre qu’une relation essentielle est établie entre les qualités élémentales des saisons et des signes. De plus, c’est cela qui explique les différences d’expression entre les signes de même élément. Par exemple, le signe de Feu, Bélier, est indubitablement chaud et sec, mais il tombe dans la saison chaude et humide du Printemps, et il est ainsi chaud et légèrement humide. Ces distinctions peuvent se lire plus clairement dans le tableau ci-contre :
  
Nous pouvons voir, par exemple, que tous les signes de Feu ont une nature profonde chaude et sèche. Toutefois, l’addition des qualités élémentales des saisons produit des différences entre les signes de Feu. Le Lion, étant le signe du milieu de l’été, reçoit une double dose de chaud et sec, et il est ainsi le pur signe de Feu, mais le Bélier, étant un signe du Printemps, est plus humide (chaud et sec, chaud et humide) et le Sagittaire, étant un signe d’automne, est plus froid (chaud et sec, froid et sec).
De toute évidence, ceci nous fournit des explications, nous aide à comprendre les différences entre les signes de même élément. Dans le cas de la triplicité de Feu, nous voyons que le Bélier est aussi actif (chaud) que le Lion mais il est plus sociable (humide par la saison) que le Lion ou le Sagittaire, que le Sagittaire fait autant de discrimination (sec) que le Lion mais il est moins affirmatif (froid par la saison) que le Bélier ou le Lion, le Lion étant le pur signe de Feu, il consacre beaucoup d’énergie à établir sa propre identification (sec).
     
L’astrologie tropicale en hémisphère sud?

En hémisphère sud, le cycle saisonnier est inversé. Si les qualités élémentales des saisons sont d’une importance primordiale dans la détermination des différences entre les signes du zodiaque, comme cela semble être le cas, alors la façon dont les gens de l’hémisphère sud exprimeront l’énergie de ces signes sera différente.

Bien sûr, si nous estimons que le symbolisme astrologique est universel, en dépit de ses origines dans les climats tempérés de l’hémisphère nord, ces propos sont dénués de pertinence. Mais si nous sommes d’accord pour dire que le lieu a, en Astrologie, autant de valeur que le temps, alors notre relation expérimentale au lieu est une idée qui mérite considération.

Maintenant, il est important de noter que la nature basique des signes reste la même (par exemple, un Bélier reste un Bélier) mais la différence saisonnière signifie que le mélange des qualités élémentales n’est plus le même. Théoriquement, cela modifiera la façon dont un signe s’exprimera en  hémisphère sud, même si la nature intrinsèque du signe n’a pas varié.
Avant de résumer la probable différence d’expression de chaque signe en hémisphère sud, il est important de mettre en évidence les principaux points de différence entre les mixages élémentaux  de l'hémisphère nord et  de l'hémisphère sud.
Premièrement, il y a des signes qui échangent simplement leur mode d’expression avec un signe de même triplicité. Nous voyons ceci avec les signes suivants : Bélier et Sagittaire, Gémeaux et Balance, Vierge et Capricorne, Cancer et Poissons.

Deuxièmement, les trois signes purs dans l’hémisphère nord, Lion, Gémeaux et Poissons deviennent des signes mixtes dans l’hémisphère sud. En même temps, les trois signes mixtes dans l'hémisphère nord, Taureau, Cancer, Balance, deviennent des signes purs dans l’hémisphère sud. Ainsi, l’hémisphère sud perd le pur signe de Feu qu’est le Lion, mais gagne un pur signe de Terre avec le Taureau.

Troisièmement, les signes  en hémisphère sud qui diffèrent sensiblement de leurs homologues  en hémisphère nord sont, comme on pouvait s’y attendre, ceux qui tombent dans le milieu de leur saison respective, soit le Lion, le Taureau, le Scorpion et le Verseau.

Les signes d’Air
"Steam" par Andrea K. sur FlickR
  • Les Gémeaux est le pur signe d’Air dans le nord (chaud et humide, chaud et humide) mais dans le sud, il devient un signe mixte ayant toutes les qualités (chaud et humide, froid et sec). Un Gémeaux du sud possède moins d’énergie et a toutes les qualités à exprimer. Ce Gémeaux essaie d’être tout pour tout le monde.
  • La Balance dans le sud est le pur type Air, le suprême signe d’Air ; un type enthousiaste qui aime bouger et faire des rencontres. Ce type Balance est un animateur.
  • Le Verseau dans le nord est, à la base, humide (chaud et humide, froid et humide), alors que dans le sud, il est beaucoup plus chaud et sec (chaud et humide, chaud et sec). Un Verseau du sud, donc, est plein d’énergie, et il est bien plus une "personne à idées" qu'un coéquipier.

Les signes de Terre
"Terre de sillons"par Jean Loorre sur FlickR
  • Le Taureau dans le nord est un signe mixte, plus chaud et plus humide qu’on ne pourrait le supposer d’un signe de Terre (froid et sec, chaud et humide). Mais dans le sud, le Taureau devient de pure Terre (froid et sec, froid et sec). Un Taureau du sud est donc "collet monté", matérialiste et insulaire.
  • Le signe de la Vierge dans le nord est, à la base, sec (froid et sec, chaud et sec), mais dans le sud, il est plus froid et plus humide (froid et sec, froid et humide). La Vierge du sud a donc moins d’énergie, est moins critique et plus sociable que sa sœur du nord.
  • Le Capricorne du nord est, à la base, froid et humide (froid et sec, froid et humide) mais dans le sud il est plus chaud et plus sec (froid et sec, chaud et sec). Un Capricorne du sud est plus actif, plus réaliste et moins sociable que celui du nord.

Les signes de Feu 
"Flaming match"par Mark Lorch, sur FlickR
  • Le Lion est le pur signe de Feu dans le nord (chaud et sec, chaud et sec), mais dans le sud, il devient un signe mixte ayant toutes les qualités (chaud et sec, froid et humide). Un Lion du sud, donc, a quatre qualités à exprimer, mais avec moins d’énergie pour le faire. C’est un Lion plus détendu, tout à fait sociable.
  • Le Sagittaire dans le nord est, à la base, sec (chaud et sec, froid et sec), toutefois dans le sud, il devient beaucoup plus chaud et humide (chaud et sec, chaud et humide). Un Sagittaire du sud est alors un signe débordant d’énergie, qui est plus sociable que celui du nord.
  • Le Bélier dans le nord est, à la base, chaud et humide (chaud et sec, chaud et humide) mais dans le sud, il est plus froid et plus sec (chaud et sec, froid et sec). Un Bélier du sud dispose de moins d’énergie mais est plus dogmatique que celui du nord.

Les signes d’Eau
"Water droplets"
par Elliot Gilfix, sur FlickR
  • Les Poissons est le pur signe d’Eau dans le nord (froid et humide, froid et humide), mais dans le sud, il devient un signe mixte ayant toutes les qualités (froid et humide, chaud et sec). Un Poissons du sud a donc toutes les qualités à exprimer, mais possède un peu plus d’énergie pour le faire.
  • Le Cancer dans le sud est le pur type Eau, le suprême signe d’Eau ; peu d’énergie, malléable, orienté vers la communauté.
  • Le Scorpion dans le nord est, à la base, froid (froid et humide, froid et sec) mais dans le sud il est plus chaud et plus humide (froid et humide, chaud et humide). Un Scorpion du sud est légèrement plus actif, moins analytique, et plus sociable que celui du nord.