SENS DE L’UTILE ET CONSCIENCE DE NOS LIMITES, par Annick PINEAU

Les transits saturniens nous confrontent à l'aspect tangible du processus de séparation qui nous pousse inlassablement à quitter les univers sécurisants et à rompre avec le passé. Ils représentent ainsi le passage d'un seuil ouvrant sur un nouvel espace de vie plus autonome. Le passage de Saturne dans un signe oriente nos priorités en mettant à l'épreuve nos repères habituels.
   
    
Le transit de Saturne en Vierge

Les transits saturniens nous confrontent à l'aspect tangible du processus de séparation qui nous pousse inlassablement à quitter les univers sécurisants et à rompre avec le passé. Ils représentent ainsi le passage d'un seuil ouvrant sur un nouvel espace de vie plus autonome. Le passage de Saturne dans un signe oriente nos priorités en mettant à l'épreuve nos repères habituels et en créant des situations donnant l'opportunité d'abandonner ou de réaménager nos jalons dans une autre perspective : celle du Soi dont les intentions échappent le plus souvent à notre conscience. Il s‘agit donc à chaque fois d’une autre direction donnée à notre énergie avec une étape de choix important dont nous avons à prendre la responsabilité. Étape au cours de laquelle nous avons à tracer les contours de ce qui est essentiel afin d’organiser et de rassembler nos efforts sans nous perdre dans des chemins de traverse.

Mais avant de procéder à ces réaménagements, il nous faut à chaque fois fermer certaines portes du passé en nous délestant des schémas de vie devenus désuets, car la porte de Saturne est si étroite qu'il faut beaucoup s'alléger pour la franchir. Ainsi, le sentiment de solitude n’est jamais très loin lorsque nous rencontrons cette planète. Peut-être pouvons-nous considérer ces moments là comme des étapes de recentrage nécessaire qui nous donnent le temps de dégager nos vrais choix en venant accroître encore la solidité de nos structures. Entrer résolument dans cette énergie là peut éviter une dépense stérile d’énergie qui mène vers le sentiment de frustration saturnien bien connu.

Ingrès de Saturne dans le signe de la Vierge
, 2 septembre 2007 - 13h49 GMT
Saturne a, par exemple, transité le signe de la Vierge à partir du 2 septembre 2007 : qu'avons nous dû remettre en question, ajuster, réorganiser, pour améliorer l'utilisation de nos ressources et l'expression de notre créativité ? Comment assimiler toutes les expériences passées pour les rendre utiles et les mettre au service de notre Etre profond? Dans ce signe mutable, il est question de remise en ordre intérieure pour une redistribution plus juste de nos énergies. Ainsi, pour nombre d'entre nous, Saturne nous a mis face à la pureté de nos motivations et ses enseignements nous ont questionné sur la relation corps / esprit. Avec décembre 2007, Jupiter est entré dans le Capricorne (18 décembre 2007) suivi de Pluton qui a touché ce signe dés janvier 2008 (une première fois le 26 janvier 2008). Ils se sont associés ainsi à Saturne dans la Vierge pour mettre en relief l’élément Terre. La Terre évoque les cycles de la vie et ses changements sont de lentes transformations qui dépassent souvent l’histoire d‘une existence humaine. Après la Terre nourricière du Taureau, la Terre sèche de la Vierge évoque la récolte, celle du Capricorne suggère l’aridité. Cet élément peut évoquer tout autant l’attache et la lourdeur de la matière que des potentialités d’épuration en Vierge et d’ascèse en Capricorne.

 Récolte et transition

"Apples" par Lumiere2005 sur FlickR
Ce transit a touché la croix mutable et a proposé une période de réorientation de la direction choisie notamment lors du transit de Saturne dans les Gémeaux (du 10 août 2000 au 4 juin 2003). La Vierge, sixième phase du zodiaque et étape charnière de tout un processus évolutif, suggère d’autant plus un tournant à prendre dans notre existence, tournant qui selon chacun peut être mutation physique, physiologique ou psychique.
En même temps, il a été possible de cueillir les fruits de ce que nous avions investi lors du transit de Saturne dans le Taureau (du 9 juin 1998 au 10 août 2000). En effet, la conjonction Jupiter / Saturne de mai 2000 à 22°43 du Taureau et au carré d’Uranus alors en Verseau suggérait un rassemblement fertile de nos ressources de tout ordre pour les orienter vers de nouvelles utilisations. Depuis nous avons progressivement fait croître cette impulsion première en donnant du sens aux desseins uraniens. 
Le transit de Saturne dans les Gémeaux représentait une période d’adaptation de ce qui avait été acquis dans le Taureau. Il était alors temps de choisir une direction intégrant, entre autres, une nouvelle qualité de communication. Ce fut une période d'apprentissage avec des enseignements souvent très concrets mais aussi reçus parfois plus subtilement par l'intégration inconsciente d'informations qui nous ont fait progresser vers plus de maturité.   

Puis, durant son transit en Cancer (du 4 juin 2003 au 16 juillet 2005), Saturne a suggéré de travailler notre assise intérieure afin d’établir des bases solides et autonomes pour continuer à développer nos ressources en fonction de nos réels besoins. Ensuite, dans le Lion (du 16 juillet 2005 au 2 septembre 2007), la planète nous a offert son lot d’expériences nécessaires pour rendre tangibles nos « je suis » et nos « je veux », mais tout en disciplinant nos élans créateurs.
Si nous avons pu avec la Vierge (du 2 septembre 2007 au 29 octobre 2009) procéder à une analyse objective de nos potentialités - par exemple en identifiant clairement nos objectifs - alors la moisson de nos efforts des années précédentes a pu déboucher sur une meilleure conscience de nos possibilités et devenir résultat tangible et utilisable ensuite de manière plus large sur le plan relationnel et collectif.
Sans doute tout cela est-il passé par nombre de tâches très concrètes dans la vie de chaque jour avec la nécessité de trier nos activités, de raisonner de façon fonctionnelle pour limiter la dispersion, d’améliorer encore les compétences acquises précédemment sur le plan technique par exemple, de gérer notre temps de manière optimale etc. 
La Vierge ne craint ni le travail ni la remise en question, mais l’un des efforts demandé par Saturne pouvait être, par exemple, – et pour plus d’efficacité – d’apprendre à considérer les choses d’un point de vue global sans plus se perdre dans le détail.

Sens de l’utile et conscience de nos limites

Fence par farouq_taj sur FlickR
Dans son mouvement perpétuel, la planète Mercure, maître de la Vierge, fait le lien entre tous les mondes et toutes les réalités. Mais le Mercure des Gémeaux est émetteur, extraverti, il joue avec les mots et saisit au vol les idées les plus éparses, qu’il fait habilement cohabiter. Alors que, comme Saturne, le Mercure de la Vierge est réceptif, introverti, il propose une approche technique et logique de notre univers, il peaufine et privilégie l’utilité de chaque idée et cherche le mot et le geste juste.

Saturne et Mercure ont en commun le « Sec », principe élémentaire qui évoque la cérébralité, l’analyse, la rationalisation du ressenti et des émotions. Ils se partagent donc la sélectivité et la conscience des limites : là où Saturne structure, cadre et délimite des contours précis, la Vierge réduit, sélectionne, épure et trie l’inutile de l’utile, s’assignant des limites précises et minutieuses, avec le sens du détail.

Or, se définir revient à accepter notre finitude et l’aspect perfectible de notre nature humaine : là pourrait se situer un des enseignements saturniens. Alors si nous avons ressenti un sentiment de contrainte, de lassitude ou de dispersion c’est peut-être que Saturne par ce biais nous a suggéré une nouvelle conscience de l’usure du corps et de l’esprit. Avec une indispensable clarification sur nos limites ou notre absence de limite et la nécessité de revoir ce qui demeurait essentiel ou non pour soi.

Mais la question du sens de notre vie peut sembler bien abstraite parfois au regard des difficultés quotidiennes, pour la rendre plus à notre portée, on peut se demander ce qui compte le plus pour soi dans l’ici et maintenant. C’est en nous concentrant sur l’essence de notre signe solaire que nous pouvons définir cet essentiel puisque Saturne nous permet d’édifier une vie en conformité avec la volonté solaire qui nous anime.

Prendre soin de soi au quotidien

La phase Vierge de tout existence nous confronte au défi de la métamorphose et ainsi Saturne peut venir pointer du doigt ce qu’il devient urgent de transformer. Face à ces exigences, il arrive que la Vierge soit se replie sur elle-même, soit s’active sans répit dans une sorte de fuite en avant. Dans les deux cas cela risquait d’induire nervosité et stress émotionnel alors qu’à la source pouvait se trouver une certaine anxiété face à un changement qu’elle ne pouvait contrôler totalement.

Finsbury park jogger, par Reuben Message sur Flickr
Or, si Saturne nous demande de créer de nouveaux repères, il met aussi à mal nos barrières défensives, le positif étant qu’il peut en même temps nous offrir l’opportunité de prendre conscience de nos peurs et de nos refus. Chez la Vierge, la crainte des lendemains inconnus et l’auto protection vis-à-vis de ses propres ressentis peut amener vers des impasses que le corps, en tant que messager, exprime à sa manière. Nous savons bien d’ailleurs que nos plus sourdes angoisses comme nos plus grandes ressources logent dans les replis de l’inconscient et sont inscrites dans le corps.
Là encore, il a été possible de sortir de la volonté de maîtrise pour accueillir, en évitant de se raidir, ce qui faisait sens au travers de toutes les expériences de notre quotidien. Ceci pour aider à préserver une fluidité psychique et une souplesse de pensée qui, nous le savons, sont une des clés de la santé. 
Ainsi, travailler à percevoir l’énergie non plus sous son aspect mécanique et comme une quantité mesurable mais tenter d’associer l’esprit à la conception énergétique du corps - ce qui répond bien aux enjeux de l’axe Poisson / Vierge - pouvait se révéler précieux. Nous avons pu, par exemple, aménager dans nos vies un nouvel espace : celui du temps pour soi. Avec donc un usage plus juste de nos énergies. 
Pour nous occidentaux, les valeurs spirituelles sont bien souvent associées à des forces invisibles qui nous dépassent alors que, dans cet axe, trouver la porosité juste entre le monde matériel et le monde de l’esprit peut permettre d’entendre les messages que notre corps nous adresse et répondre au mieux à ses besoins. 
Rappelons que les transits de saturne nous invitent à prendre en charge nos besoins, ce qui veut dire les identifier et faire ce qu’il faut pour les satisfaire sans plus attendre que d’autres s’en charge ou nous en donne la permission.
Dans cette perspective de prendre soin de soi, nous avons pu développer davantage de tolérance envers soi-même - ce qui rejaillissait sur notre entourage - et ceci au-delà de toute attitude sacrificielle. Pouvions-nous essayer de dire non à ce qui ne nous convenait pas, cesser de donner ce que nous imaginions que les autres attendaient de nous ? Saturne venait nous rappeler que le réel sens du service, cher à la Vierge, exclut la notion de sacrifice et de servitude et sans doute nous a-t-il interroger sur nos motivations profondes à ce niveau.